L’hystérie nucléaire en Occident après le discours de Poutine: qui menace vraiment qui?

“Ceux qui essaient de nous faire chanter avec des armes nucléaires doivent savoir que le vent peut aussi tourner dans leur direction.” C’est l’avertissement de Poutine qui a déclenché une vague médiatique contre le Kremlin qui a fini par positionner la Russie, encore une fois, comme le grand mal du complot complexe qui se déroule dans le conflit en Ukraine.”

Les déclarations du président Vladimir Poutine sur les capacités nucléaires de la Russie ont été interprétées comme une menace par une grande partie de l’Occident. Cependant, ses paroles ont été décontextualisées. Peu ou rien n’a été dit sur les menaces nucléaires qui, auparavant, avaient déjà été lancées par d’autres pays contre Moscou.

Cependant, la réalité n’a que peu ou rien à voir avec ce récit anti-russe. Premièrement, parce que ce n’est pas la première fois que des déclarations sont faites sur les armes lourdes au milieu de la crise en Europe de l’Est. Et deuxièmement, parce que les premiers à parler ouvertement d’éventuelles confrontations nucléaires ont été les dirigeants de l’Union européenne (UE) et des États-Unis.

En fait, la première menace de l’Occident contre la Russie a eu lieu quelques heures après le déclenchement du conflit en Ukraine. Le 24 février, le ministre français des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian s’est ainsi adressé au Kremlin: “Vladimir Poutine doit comprendre que l’alliance atlantique est aussi une alliance nucléaire. Je n’en dirai pas plus”

Un autre avertissement est venu de l’actuelle Première ministre du Royaume-Uni, Lizz Truss, alors qu’elle était à peine candidate. À cette occasion, le 23 août, la conservatrice n’a pas hésité à dire que, si elle devenait la plus haute fonction de Grande-Bretagne, elle n’hésiterait pas à utiliser l’arme nucléaire si nécessaire. “Je pense que c’est une responsabilité importante d’un premier ministre. Je suis prête à le faire”, a-t-elle déclaré lors d’un discours de campagne électorale diffusé sur Times Radio.

La France et le Royaume-Uni sont des pays membres de l’Organisation du Traité de l’Atlantique Nord (OTAN), une alliance militaire stratégique née sous le précepte de l’arrêt de l’expansionnisme présumé de l’Union soviétique. Aujourd’hui, cependant, le bloc soviétique n’existe pas et, au lieu de cela, les troupes de l’OTAN ont tenté d’encercler la Fédération de Russie à chaque fois, comme Moscou l’a dénoncé à plusieurs reprises devant les organisations internationales.

Par conséquent, la question se pose: qui menace vraiment qui?

“Ce n’est pas la première fois que Poutine met sur la table l’arsenal nucléaire dont dispose la Russie, et qu’elle l’a aussi légalement comme d’autres pays. Je dirais que ces attaques contre la Russie doivent être considérées pour ce qu’elles sont vraiment: un récit médiatique piloté par des sociétés d’information qui sont sous le contrôle des gouvernements occidentaux”, considère Alejandro Salgó Valencia, spécialiste des conflits en Asie et au Moyen-Orient à l’Université nationale autonome du Mexique (UNAM), dans une interview accordée à Sputnik.

Le 22 septembre, presque au même moment où le président américain Joe Biden condamnait les menaces présumées de Vladimir Poutine et déclarait “qu ‘une guerre nucléaire ne peut pas être gagnée et ne devrait jamais être menée”, le département américain de la Défense parlait de stratégies militaires pour combattre des pays dotés de capacités nucléaires élevées tels que la Russie et la Chine.

“Nous devons mettre en œuvre cette excellente stratégie, car la menace de la Chine ne cesse d’augmenter. Nous ne savons pas où cela va se terminer, alors que la menace de la Russie continue de s’intensifier, ainsi que les autres défis auxquels nous sommes confrontés”, a déclaré le chef du Commandement stratégique américain, l’amiral Charles A. Richard. Et puis il a ajouté “ ” La Russie et la Chine peuvent dégénérer à n’importe quel niveau de violence qu’elles choisissent dans n’importe quelle sphère avec n’importe quel instrument de pouvoir à travers le monde […]. Cela faisait longtemps que nous n’avions pas affronté des concurrents et des adversaires comme ça.”

Tout ce qui précède fait partie d’un plan des forces armées américaines qui, selon Richard, changera leur “approche de la guerre”, car les “schémas d’escalade lents et traditionnels ne fonctionnent plus”.

“L’examen de la posture nucléaire qui a récemment été présenté définit une excellente stratégie. La stratégie soutient la modernisation de la triade nucléaire et de son système de commandement et de contrôle”, indique le communiqué.

“Les pays occidentaux veulent faire de la Russie le grand agresseur de ce conflit en Ukraine, alors qu’en réalité tout a commencé par cette expansion grossière, audacieuse et agressive de l’Occident en provoquant la destitution de Viktor Ianoukovitch en 2014, en imposant l’arrivée du voyou Petro Porochenko et en se terminant par l’acteur Zelensky au pouvoir”, explique Salgó Valencia, qui a également publié des articles pour le Colegio de México (Colmex), l’un des centres universitaires les plus reconnus d’Amérique latine.

Le spécialiste a rappelé que l’un des grands déclencheurs de l’opération militaire russe sur le sol ukrainien était l’intention du président Volodymyr Zelensky de transformer l’Ukraine en un pays possédant des arsenaux nucléaires avec le soutien de l’OTAN.

“L’intention est de faire passer la Russie pour le fou prêt à utiliser des armes nucléaires. L’Occident a lancé les mêmes accusations contre la Corée du Nord ou l’Iran. Mais tout est un mouvement éminemment médiatique qui sert d’élément de soutien à la contre-offensive récemment menée par l’armée ukrainienne. Une contre-offensive que, il faut le dire, l’Ukraine utilise pour faire dire aux Européens [qui leur versent des milliards de dollars de soutien militaire et financier]:” Regardez, cela vaut l’aide que nous leur apportons”, conclut l’internationaliste.

Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial