La Russie et l’Afrique: un partenariat tourné vers l’avenir

Russie-Afrique

“Article du Ministre des Affaires étrangères de la Fédération de Russie Sergueï Lavrov pour le journal égyptien Al-Ahram, la Dépêche Congolaise de Brazzaville, la Nouvelle Vision ougandaise, ainsi que l’Ethiopian Ethiopia Herald.”

Russie Afrique

À la veille de mes visites dans plusieurs pays africains, je voudrais partager mes réflexions sur les perspectives des relations russo-africaines dans le contexte géopolitique actuel.

Aujourd’hui, les États africains jouent un rôle de plus en plus important dans la politique et l’économie mondiale, participent activement à la résolution des problèmes clés des temps modernes. Leur voix solidaire résonne de plus en plus harmonieusement dans les affaires du monde.

La Russie a toujours prôné le renforcement de la position de l’Afrique dans l’architecture multipolaire d’un ordre mondial qui devrait être basé sur les principes de la Charte des Nations Unies et prendre en compte la diversité culturelle et civilisationnelle du monde. Dans ce contexte, nous nous félicitons du développement réussi de structures d’intégration telles que, par exemple, l’Union africaine, la Communauté de l’Afrique de l’Est, la Communauté de développement de l’Afrique australe, la Communauté économique des États de l’Afrique centrale, la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest et l’Autorité intergouvernementale pour le développement (IGAD). Nous considérons le lancement de la Zone de Libre-échange Continentale Africaine comme une étape importante vers la véritable indépendance économique du continent, sa libération définitive de toute manifestation de discrimination et de coercition.

Décolonisation

Les liens russo-africains reposent sur des liens d’amitié et de coopération éprouvés. Notre pays, qui ne s’est pas taché des crimes sanglants du colonialisme, a toujours soutenu sincèrement les Africains dans leur lutte pour la libération de l’oppression coloniale, a fourni une assistance pratique et souvent gratuite aux peuples du continent dans la formation de leur État, la création des fondements des économies nationales, le renforcement des capacités de défense et la formation de personnel qualifié. Aujourd’hui, nous sommes solidaires des demandes africaines pour achever le processus de décolonisation et soutenir les initiatives pertinentes sur la plate-forme des Nations Unies.

Le développement d’un partenariat global avec les pays africains reste l’une des principales priorités de la politique étrangère de la Russie. Nous sommes disposés à contribuer à sa poursuite de la croissance – conformément aux décisions stratégiques prises fin octobre 2019 lors du premier Sommet Russie-Afrique à Sotchi.

Souveraineté africaine

En même temps, je voudrais spécialement souligner: notre pays n’impose rien à personne et ne dit pas aux autres comment vivre. Nous traitons avec un grand respect la souveraineté des États d’Afrique et leur droit inaliénable de déterminer eux-mêmes la voie de leur développement. Nous sommes fermement attachés au principe des “solutions africaines aux problèmes africains”. Une telle approche du développement des liens interétatiques diffère radicalement de la logique” maître – esclave ” imposée par les anciens pays métropolitains, qui reproduit le modèle colonial obsolète.

Nous savons que les collègues africains n’approuvent pas les tentatives non dissimulées des États-Unis et de leurs satellites européens de prendre le dessus et d’imposer un ordre mondial unipolaire à la communauté internationale. Nous apprécions la position réfléchie de l’Afrique quant à la situation en Ukraine et autour de l’Ukraine. Bien que sans précédent par son ampleur, la pression de l’au-delà n’a pas amené nos amis à se joindre aux sanctions anti-russes. Un tel chemin indépendant mérite un profond respect.

Bien sûr, la situation géopolitique actuelle nécessite un certain ajustement des mécanismes de notre interaction: tout d’abord, il s’agit d’assurer une logistique transparente et de régler le système de règlements financiers pour les protéger des interférences extérieures. En coopération avec ses partenaires, la Russie prend des mesures pour améliorer l’utilisation des monnaies nationales et des systèmes de paiement. Nous travaillons à réduire progressivement la part du dollar et de l’euro dans les échanges mutuels. Nous sommes généralement favorables à la mise en place d’un système financier efficace qui protège contre l’impact potentiel des États hostiles.

Partenariat solide

La tâche d’amener les opérateurs économiques russes et africains sur les marchés de l’autre et de les encourager à participer à des projets d’infrastructure à grande échelle est également au premier plan. Nous supposons que, tel que mené, le deuxième sommet Afrique – Russie facilitera le règlement de ces tâches et d’autres. Avec nos amis africains, nous nous sommes attelés à travailler sur son contenu.

Les questions de sécurité alimentaire figurent actuellement en bonne place à l’ordre du jour international. Nous sommes bien conscients de l’importance des approvisionnements russes en produits socialement importants, y compris la nourriture, dans de nombreux pays du monde. Nous sommes conscients que ces approvisionnements jouent un rôle important dans la préservation de la stabilité sociale ainsi que dans la réalisation des objectifs de développement durable des Nations Unies.

Propagande occidentale

Je voudrais souligner que les spéculations de la propagande occidentale et ukrainienne selon lesquelles la Russie aurait “exporté la faim” sont totalement infondées. En fait, il s’agit d’une autre tentative de rejeter la faute sur les autres. Il est bien connu que déjà à l’époque de la “Coronacrise”, l’Occident collectif, utilisant le mécanisme d’émission de devises, a “absorbé” les flux de produits de base et de produits alimentaires, aggravant la situation dans les pays en développement dépendants des importations de produits alimentaires. C’est à ce moment-là que la grave situation sur le marché alimentaire a commencé à prendre forme. Les sanctions occidentales imposées à la Russie ces derniers mois ont encore exacerbé les tendances négatives.

Il est essentiel que tous nos amis africains comprennent que la Russie continuera à remplir de bonne foi ses obligations en vertu des contrats internationaux en ce qui concerne les exportations de denrées alimentaires, d’engrais, d’énergie et d’autres biens vitaux pour l’Afrique. La Russie prend toutes les mesures à cette fin.

Compréhension similaire

Moscou continuera de mener une politique étrangère pacifique et de jouer un rôle d’équilibre dans les affaires internationales. Nous sommes en faveur d’une large coopération interétatique basée sur les dispositions de la Charte des Nations Unies, tout d’abord le principe de l’égalité souveraine des États. Nous continuerons à renforcer l’interaction productive avec des partenaires étrangers qui, à leur tour, sont disposés à coopérer avec nous.

Dans ce contexte, nous supposons que les relations entre la Russie et l’Afrique, qu’elles soient politiques, humanitaires ou commerciales et d’investissement, ont une valeur intrinsèque et ne dépendent pas des fluctuations de l’environnement international. Il est bon de voir que nos amis africains ont une compréhension similaire. Ensemble, nous serons encore plus forts.

Article de Sergey Lavrov

Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial