Afrique: Du Néocolonialisme à la Multipolarité

Aujourd’hui, le continent africain est un nouveau centre de confrontation avec le néocolonialisme et l’expansionnisme étranger en particulier l’expansion française. Et puisque la méthode préférée de l’Occident est de contrôler les pays par le biais de gouvernements fantoches, ce n’est que par des coups d’État militaires que le système peut être “cassé”, ne serait-ce que temporairement, en permettant à un pays de relâcher la pression des structures étrangères et supranationales. Ceci est confirmé par le fait que les coups d’État militaires se sont récemment multipliés dans la région: au Mali en 2020, en Guinée en 2021 et maintenant nous avons vu la même chose au Burkina Faso.

Les coups d’État confirment que les missions et projets européens et américains sur le continent africain – que ce soit la “Françafrique” ou l ‘ “AtlantAfrique” – échouent et sont remplacés par un nouveau système. Plus important encore, la conscience africaine est en train de changer: comme aucune des théories politiques disponibles (communisme, fascisme et libéralisme) ne répond aux exigences de souveraineté, d’autonomie économique et d’indépendance politique des peuples d’Afrique , ceux-ci se tournent de plus en plus vers le panafricanisme en tant que mouvement et vision pour façonner l’horizon d’un monde multipolaire où l’Afrique a sa propre place.

Les origines du Panafricanisme

Les projets d’unification africaine sont apparus pour la première fois au 19ème siècle sous la plume des auteurs haïtiens Martin Robison Delany et Benito Sylvain. Dans la première moitié du XXe siècle, le leader le plus éminent du panafricanisme était Marcus Garvey. Marcus Garvey, d’origine jamaïcaine, a fondé l’Association Universelle pour l’Amélioration de la Condition des Noirs (UNIA) aux États-Unis en 1914 et a lancé le projet Back to Africa.

Les idées de Marcus Garvey ont ensuite été reprises par une galaxie de politiciens africains. Des congrès panafricains ont commencé à se tenir régulièrement, et le Cinquième Congrès historique de 1945 a produit un noyau de “nouveaux dirigeants” du continent africain qui ont continué à s’appuyer sur le projet de Delaney et Garvey. Parmi eux, Kwame Nkrumah, le futur président du Ghana, Ahmed Sékou Touré, président de la Guinée et Jomo Kenyatta, président du Kenya. Le panafricanisme a également été pratiqué par Modibo Keïta, le premier président du Mali, Patrice Lumumba, le premier ministre du Congo, Julius Nyerere (le premier président de Tanzanie), Ruben Um Nyobé, la célèbre figure révolutionnaire du Cameroun , et Mehdi Ben Barka, marocain.

Le panafricanisme a toujours été opposé au colonialisme dès le départ et son objectif principal était de libérer l’Afrique des influences européennes et nord-américaines.

Le panafricanisme aujourd’hui

Les slogans panafricanistes et les appels à une Afrique unie se retrouvent tout au long des récents bouleversements. L’idée n’est pas nouvelle; elle est apparue au début du XXe siècle et s’est formalisée dans les années 1960 sous la forme de la doctrine des “États-Unis d’Afrique”. Fait intéressant, Mouammar Kadhafi, le dirigeant libyen, faisait également partie des panafricanistes qui ont rejeté les idéologies politiques qui existaient pendant la guerre froide et plus tard (communisme, libéralisme et fascisme) et ont cherché une nouvelle théorie politique. A notre époque, l’un des partisans les plus constants et les plus brillants de la nouvelle voie en Afrique est une personnalité politique et publique bien connue, présidente de l’ONG Urgences Panafricanistes, fondatrice du Front contre le néocolonialisme français Kémi Séba.

Né à Strasbourg dans une famille d’immigrés béninois, Kemi Séba a étudié, mais à l’âge adulte, il a décidé de retourner dans son pays natal pour se consacrer à la lutte pour la renaissance de l’Afrique. Aujourd’hui, ce dirigeant panafricain de nouvelle génération se rend régulièrement dans divers États africains et participe activement à des rassemblements visant à libérer le continent de l’oppression de la Françafrique, du FMI et de la Banque mondiale, faisant campagne contre la monnaie colonialiste, le franc CFA, et s’oppose fermement à la propagation de l’idéologie mondialiste et néolibérale. La carte des visites récentes de Séba est extrêmement intéressante: précisément dans les pays où Séba s’était rendu précédemment et où il avait eu des problèmes avec les autorités, et où il avait été soit expulsé, soit arrêté, la situation est en train de changer et des panafricanistes, proches de Séba, arrivent au pouvoir à la place de collaborateurs pro-français. Ou du moins les militaires qui donnent au peuple une chance d’évincer les gouvernements et les structures pro-français. Les partisans du panafricanisme et les opposants au colonialisme français sur le continent y voient un argument convaincant. Pour Séba, l’Afrique l’emporte sur un euro-colonialisme résiduel, inertiel et totalement contre-productif.

Kémi Séba est convaincu que la “maladie numéro un” qui tue en Afrique de l’Ouest et du Centre n’est pas le Covid-19 ou le djihadisme, mais la Françafrique. “Il est temps pour nous Africains d’avoir la science du discernement géopolitique”, note-t-il, “Nous sommes menacés tous les jours car nous avons la plus belle TERRE du monde. A nous de savoir comment le protéger”.

Ainsi, l’un des principaux points du programme de Séba est de débarrasser l’Afrique du néocolonialisme – et en particulier de l’influence française qui prévaut en Afrique de l’Ouest. “Nous allons D’abord DÉLOGER la France coloniale du SAHEL, puis de l’Afrique en général par la suite. Nous le ferons d’une manière CIVILISÉE, STRATÉGIQUEMENT NON VIOLENTE mais intellectuellement VIRULENTE”, a-t-il déclaré.

Les dirigeants panafricains qui ne partagent pas l’agenda néolibéral préfèrent également rencontrer des panafricanistes comme Séba: c’est par exemple avec lui que le nouveau dirigeant guinéen, Mamady Doumbouya, s’est rencontré en octobre 2021, immédiatement après l’éviction du dictateur pro-français Alpha Condé. Le fait que des organisations internationales (CEDEAO et autres) exercent une pression de sanction sur des pays qui ne sont pas d’accord avec l’agenda – Mali, Guinée et autres – ne fait que renforcer le désir des jeunes leaders et des jeunes de travailler avec des politiciens à l’esprit alternatif.

Kémi Séba est étroitement associé à un autre leader politique africain, cette fois-ci de gauche Adam Diarra, également connu sous le nom de Ben le Cerveau, du Mali. Ben le Cerveau et son mouvement ont activement contribué au renversement du protégé pro-français au Mali, Ibrahim Boubacar Keïta, et sont devenus l’épine dorsale du nouveau président malien Assimi Goïta. Kémi Séba et Adam Diarra ont organisé un grand rassemblement à Bamako pour soutenir le nouveau gouvernement.

Il est important de noter que Kémi Séba et ses associés ont considérablement révisé les théories panafricanistes et prônent désormais une décolonisation profonde qui, outre la libération politique et économique, implique le nettoyage complet de la conscience africaine des clichés coloniaux eurocentriques et surtout libéraux. – les mondialistes. Les principaux ennemis de ce panafricanisme sont les réseaux du mondialiste George Soros. Les nouveaux dirigeants africains s’élèvent contre la migration de masse et pour le retour de tous les Africains dans leur patrie historique, dont ils sont appelés à faire revivre la grandeur et la prospérité sur la base des anciennes traditions et cultures africaines.

La Russie et la Chine, les pôles actuels d’opposition à l’Occident, sont considérées comme des alliés logiques dans une telle situation.

L’héritage de Thomas Sankara

Les origines du panafricanisme se trouvent dans les activités de Thomas Sankara, figure légendaire, héros du Burkina Faso et point de référence important pour tous les panafricanistes. C’est lui qui a donné son nom au pays (“Pays des Hommes droits”), le renommant l’ancien nom colonialiste “Haute-Volta”.

Sankara lui-même était un homme d’une intégrité absolue: il s’opposait à toute hégémonie sur le continent africain, s’inspirait des idées de Fidel Castro et de la révolution cubaine, et prônait une révolution démocratique populaire avec des anti – impérialistes. Sankara était un véritable héros populaire, une figure légendaire. Quand il a été assassiné en 1987, on a découvert qu’il ne possédait que quatre vélos, un réfrigérateur avec un congélateur cassé et trois guitares. La nature ascétique de sa vie, ainsi que ses exigences strictes de conditions modestes pour les fonctionnaires, ajoutent également de la crédibilité à ses idées et à ses croyances.

Dans le domaine des relations internationales, il s’est concentré sur la lutte contre le néolibéralisme, insistant sur l’indépendance vis-à-vis des organismes internationaux (FMI, Banque mondiale et autres). Bien que Sankara – comme de nombreux panafricanistes éminents, tels qu’Ahmed Sékou Touré, Kwame Nkrumah ou Mathieu Kérékou (premier président du Bénin)-soit un activiste de gauche, il n’était pas un communiste orthodoxe et soutenait le Mouvement non orthodoxe. aligner. Dans son discours au Sommet des Non-Alignés à New Delhi du 7 au 13 mars 1983, Sankara a souligné que l’idéal du mouvement panafricaniste était “la conscience profonde et courageuse d’un monde que l’impérialisme voudrait voir éternellement soumis à sa domination, à son pillage et à ses massacres aveugles”.

La citation suivante explique peut-être le plus en détail possible les orientations géopolitiques de Sankara qui sont toujours d’actualité pour les partisans d’un monde multipolaire en général et les panafricanistes en particulier: “Parce que né au milieu de la guerre froide, le mouvement des non-alignés se voulait d’abord une force représentant l’aspiration profonde de nos pays à la liberté, à l’indépendance et à la paix face aux blocs hostiles présents, comme une force affirmant notre droit en tant que pays. , et d’un peuple souverain de choisir librement et sans assujettissement nos propres voies pour le progrès de nos peuples de choisir librement nos amis dans le monde sur la base de leur attitude concrète face à l’aspiration de nos peuples à la libération du joug colonial, néocolonial ou raciste à l’indépendance, à la sécurité, à la paix et au progrès socio-économique”.

Ainsi, la non-ingérence dans les affaires intérieures des autres pays est l’un des points clés du programme Sankara, tout comme l’indépendance économique (acquérir la souveraineté économique, se détacher du FMI, ne pas avoir de dette extérieure et ne pas dépendre des importations).

Texte traduit de Darya Dugina article en Anglais ici:

Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial